Retours sur expositions

Belles natures
Martine Pinsolle et Ingrid Christoffels
Peintures
Du 2 au 27 juin 2024
Nous avons eu le plaisir d’accueillir à nouveau la peintre Martine Pinsolle, pour des témoignages sensibles et élégants de la nature, des natures qui l’entourent. Elle était accompagnée d’Ingrid Christoffels, artiste qu’en revanche nous recevions pour la première fois.

Ingrid Christoffels, plasticienne, a été formée à une école des Beaux-Arts aux Pays-Bas avec une licence histoire de l’art. Elle travaille en France depuis 33 ans; 26 ans en Drôme provençale et depuis 2018 à La Teste de Buch.
Comme activité secondaire, elle enseigne le yoga.
Elle a fait des expositions, installations et performances en direct dans plusieurs pays, en France avec Renaud Capuçon et au Péristyle de l’Opéra de Lyon. Ses tableaux se trouvent dans une dizaine de pays de l’Europe au Canada et aux Etats-Unis.

 
Martine Pinsolle est une peintre française née à Bordeaux en 1941. Elle vit et travaille dans le Pays basque français. Elle est la petite nièce du peintre charentais Max Serge Chailloux (Saintes, 1902 – Angoulême, 1971). Le thème principal de ses œuvres est la figure humaine.
Gérard Gamand, directeur de la regrettée revue Azart, disait d’elle (2004) : « Il y a une intense jubilation sensuelle dans la peinture de Martine Pinsolle. La force du trait, la puissance des tons, la hardiesse de la composition, la justesse de l’expression nous ont séduits. Le travail de Martine Pinsolle décline la figure humaine en portraits magistraux, en corps expressifs ou en puissantes scènes de groupe. Elle aime cette représentation d’une saga humaine sans fin. »


Le monde a une figure
Gali, peintre et dessinatrice, et Adrien Goudier, peintre
Du 22 mars au 20 avril 2024

Gali est artiste peintre dessinatrice. « Etre peintre, c’est se rapprocher du poète. Je crois. Ce personnage baudelairien dont le rôle est de rendre visible l’invisible »
Visitez le site de Gali

Adrien Goudier est artiste peintre, membre de la Fondation Taylor.
Visitez le site d’Adrien Goudier
« Ils ont la côte » – Art-Traffik, 14 mars 2024


Unité, multiplicités
Aïtor de Mendizabal, sculptures
Du 13 janvier au 27 février 2024
Visiter le site de l’artiste
Lire « Aïtor de Mendizabal, l’oeil nu », par Paul Barthes

Les sculptures d’Aïtor de Mendizabal :

Quelques vues de l’accrochage :


De la couleur, la vie
Christian Hénon, peintures
Du 22 avril au 26 mai 2023
Téléchargez l’invitation

 
Photos du vernissage © Claude Goga – 22 avril 2023 :

 
Photos de l’accrochage et du vernissage © Fonds Labégorre – 22 avril 2023 :


Deux faces d’une vie
Laurent Gréaume, peintures
Du 4 mars au 7 avril 2023

Vernissage samedi 4 mars 2023 → Téléchargez l’invitation
Ouverture de l’exposition par une création publique de l’artiste

L Gréo, sans titre – 2017 – 40×120 cm – acrylique sur toile

Laurent a beaucoup travaillé l’abstraction et le paysage, et s’engage depuis plusieurs années dans une figuration de revendication, de commentaire de notre société, de ses travers, de la vie. Une figuration brute, parfois grossière, très authentique.
Une libération personnelle indispensable à ce peintre, comme une colère à expulser de soi.

Quelques vues de l’installation et de l’accrochage :

Photos du vernissage © Claude Goga :

Photos du vernissage © Fonds Labégorre :


Quelle aventure !
Peintures de Serge Labégorre, des débuts à aujourd’hui, avec Rosy pour témoin, soutien, muse…
Du 22 octobre 2022 au 10 février 2023
→ Téléchargez l’invitation


Serge et Rosy

Quelques-unes des œuvres exposées :

Photos du vernissage (22.10.2022) © Claude Goga :

 
Reportage du Fonds Labégorre (accrochage et vernissage) © Sophie Labégorre :


Labégorre, un été avec Guerrier
Peintures de Raymond Guerrier et Serge Labégorre
Du 18 juin au 2 septembre 2022

Guerrier, bâtisseur de cathédrales
Un jour béni, je fus présenté à Raymond Guerrier. Parmi les jeunes peintres des années 50 (nous étions jeunes alors), il m’apparaissait le plus grand. J’étais impressionné, au point de ne pas trouver les mots pour lui dire mon admiration. Je pus me rattraper plus tard, alors que nous avions été invités tous les deux à une création publique sur les quais de la station de métro Saint Augustin, à Paris, par Métrobus Publicité. Il fallait peindre en trois jours, trois nuits, une toile de 15 m², tendue sur l’emplacement habituel des panneaux publicitaires, enregistrés en permanence par les caméras de l’ORTF.
Nous n’avions pas assez de recul pour apprécier notre travail, perchés sur nos échelles, et devions aller sur le quai d’en face pour en avoir une idée. Nous y allions de conserve et regardions en même temps les autres peintres qui s’échinaient, nous étions dix en tout.
Voici à peu près ce que je lui dis en voyant tous ses démarrages. « Ce qui me frappe c’est leur incertitude, comme s’ils étaient terrorisés. Toi, Raymond, tu poses, et c’est définitif. Les premières pierres de la cathédrale que tu construis seront là jusqu’à la fin. Voilà pourquoi, je te le dis, tu as déjà un pied dans la postérité. » Il a souri, sans me croire. Il était trop modeste pour ça, et pourtant je savais moi qu’il était un géant et je le sais encore.
»
Serge Labégorre
Téléchargez le pdf

 
Les œuvres de Guerrier confiées par sa famille :